Les manifestants en gilet jaune ont de nouveau érigé des barricades dans certaines régions de France mercredi, cinquième journée consécutive de protestations contre la hausse des prix du carburant. Le président Emmanuel Macron a appelé au dialogue.

L’opération escargot continue

Alors que le mouvement est en déclin depuis samedi, lorsque près de 300 000 personnes ont pris part à des opérations qui ont paralysé les routes et les autoroutes à travers le pays, des groupes de manifestants purs et durs étaient déterminés à poursuivre leur lutte. En plus d’être une protestation contre la hausse du prix du carburant, les contestataires ont dénoncé la perte de leur pouvoir d’achat et l’augmentation générale des taxes.

Tôt mercredi, une dizaine de barrages routiers ou barrages filtrants ont été érigés en Dordogne, y compris sur la rocade de Bergerac et aux ronds-points de Sarlat. D’autres cas de barrages routiers ont été signalés en Bretagne, notamment dans le Finistère et le Morbihan. Des dizaines de véhicules se sont également retrouvés immobilisés toute la nuit sur le pont de l’autoroute A10 entre Saint-André-de-Cubzac et Saint-Vincent-de-Paul.

La société Vinci Autoroutes, qui exploite une partie du réseau autoroutier français, a fait état de 62 points de protestation sur ou à proximité de ses autoroutes, l’A7, l’A9 et l’A64 étant les plus touchées. Les autorités ont cependant ont sollicité les manifestants à se rendre sur la Place de la Concorde, au cœur de Paris, samedi prochain. Le mouvement serait toutefois déplacé dans une autre partie de la capitale.

Dernier bilan de la manifestation

Un motocycliste de 27 ans serait malencontreusement la seconde personne à mourir à la suite du mouvement. Le jeune homme a été renversé par un camion lundi après que le conducteur a fait un virage brusque afin d’éviter un barrage routier créé par les gilets jaunes dans le sud-est de la Drôme. Après avoir été transporté dans un hôpital de la ville de Valence, il est décédé suites à ses blessures. Plus de 530 personnes ont été blessées depuis samedi, dont 17 gravement.

Récemment, le ministère de l’Intérieur a déclaré que les barrages routiers d’une trentaine de sites stratégiques avaient été levés depuis lundi, y compris ceux mis en place dans les dépôts de carburant. Il s’avère en effet que le nombre de personnes qui se sont rendues sur les barricades n’a cessé de diminuer depuis samedi.

Plus que 20 000 manifestants ont pris part à la manifestation de mardi. Les sondages révèlent par ailleurs que les trois quarts des Français soutiennent les gilets jaunes n’ont toujours pas de leader ou de porte-parole officiel. Mais bien que le mouvement montre des signes de déclin, il reste imprévisible.